Envoyer Imprimer
Montaña Central
Montaña Central
Communes qui le constituent
Montaña Central
Emplacement
Montaña Central
Suivez-nous sur les Réseaux
Et aussi ...
43.160865,-5.622518
    • Stations de ski de Valgrande-Pajares et Fuentes de Invierno.
    • Parc Naturel Ubiñas-La Mesa (Réserve de la biosphère), Sierra del Aramo, Coto Bello, La Cobertoria et l'Angliru, Paysage protégé des Bassins miniers.
    • Concours du fromage d'Afuelga'l Pitu, à Foz de Morcín.
    • Village minier de Bueño/Güeñu.
    • Ville minière de Bustiello, archéologie industrielle de la Vallée de Turón.
    • Architecture préromane et romane: Santa Cristina de Lena, San Vicente de Serrapio, Santa Eulalia de Uxo.
Au cœur de la Cordillère Cantabrique, des sommets et des ports qui évoquent les exploits héroïques; des voies romaines et le Chemin de Saint Jacques; refuge idyllique des Reliques; villages enchantés; églises classées au Patrimoine Mondial; des stations de ski; des exploitations minières, patrimoine industriel; et des Parcs naturels Réserve de la biosphère...

Une rivière, le Caudal; une voie romaine, La Carisa; un royaume, le Royaume des Asturies, et une succession vertigineuse de sommets, la Cordillère Cantabrique, sont les signes d'identité d'un Pays dont l'essence imprègne le nom: La Montagne Centrale des Asturies.

De cet ancien royaume, il reste quelques vestiges patrimoniaux qui, du fait de leur importance historique, ont été classés au Patrimoine mondial. C'est le cas par exemple de Santa Cristina de Lena. Or, des centaines d'années avant ce règne, les Romains avaient déjà eu conscience de l'importance stratégique et des grandes richesses que recelaient le sol et le sous-sol du pays; ils avaient donc construit une route pour le déplacement de leurs légions, route que nous connaissons aujourd'hui sous le nom de Via La Carisa, dont les fouilles archéologiques apportent constamment de nouvelles informations sur l'histoire ancienne des Asturies. Cette voie a par ailleurs donné lieu à des itinéraires et des célébrations qui remémorent un passé pétri d'empire et de domination.

Toutefois, ce qui fait le caractère de ce Pays, ce sont sans nul doute les sommets indomptés de la Cordillère cantabrique qui se dressent dans le paysage et en font un lieu unique de formation des élites de différents sports. Au point que ces 'picos' suscitent la curiosité, l'admiration et les rêves de conquête d'athlètes et d'amateurs du monde entier. Pour illustrer cet engouement, citons les cols de la Montagne centrale des Asturies qui, avec les Pics d'Europe, sont les plus durs de la Vuelta cycliste espagnole. Leur renommée est justifiée car ils sont décisifs pour le futur vainqueur de ce tour cycliste professionnel, l'un des plus importants du monde du vélo. Des noms comme Coto Bello, à Aller, La Cobertoria ou Cuitu Negru, à Lena, ou le très légendaire et redoutable Angliru, à Riosa -dont les experts disent qu'il n'est accessible qu'aux 'bénis des dieux' - font donc partie de 'l'Imaginaire' universel des grandes gestes inédites...

Les amateurs de VTT sauront apprécier un circuit classé GR208 qui contourne la Montagne centrale des Asturies. C'est 'l'Anneau Cycliste' qui traverse, sur 200 km divisés en 8 étapes parfaitement signalisées, une nature de toute beauté.

Conformément aux codes de la haute montagne, les stations de ski ne pouvaient manquer dans cette région aux hivers intenses et à l'enneigement constant, idéale pour les sports blancs. La station de ski Valgrande-Pajares, la plus ancienne des monts Cantabriques et la troisième plus ancienne d'Espagne se trouve à Lena. À Aller, une station petite et coquette dotée des équipements mécaniques de dernière génération, Fuentes de Invierno, sera bientôt reliée à la station voisine de San Isidro pour former le plus grand domaine skiable du Nord de l'Espagne.

Mais la Montagne centrale des Asturies n'est pas que blancheur en hiver et sommets vertigineux toute l'année... elle recèle aussi dans ses entrailles d'abondantes richesses minérales, et en particulier du charbon. C'est donc un grand entrepôt énergétique qui a d'importantes ressources en archéologie industrielle. Le village minier de Bustiello, à Mieres, est un exemple parmi d'autres de la mise en valeur de ce patrimoine industriel.

En ce qui concerne le patrimoine ethnographique, le meilleur exemple est sans doute le village de Bueño, qui a reçu le Prix du Village Exemplaire (2012) pour son ensemble d'hórreos' [greniers à grain sur pilotis] qui compte parmi les mieux conservés des Asturies, et pour son équipement muséistique qui explique l'origine et l'évolution de cette curieuse construction 'palafittique' asturienne.

La Montagne centrale des Asturies est par ailleurs aussi un Pays animé, vivant, dont l'ambiance atteint son comble au moment des fêtes et journées gastronomiques autour des produits du terroir tels que le fromage Afuega'l Pitu, qui a son festival annuel à la Foz de Morcín. Sans parler de sa vocation hospitalière, ouverte et cosmopolite, bâtie sur ​​les fondations d'une histoire de transit: le passage des légions romaines, les pèlerins du Chemin de Saint Jacques appelé, sur cette section, "Camino del Salvador" [Chemin du Saint Sauveur], les reliques du christianisme, et sur les secrets et les surprises que réservent ses montagnes, au gré des routes et des sentiers qui nous dévoilent une beauté unique sans cesse renouvelée...

Six communes composent le Pays de la Montagne centrale: Aller, Lena, Mieres, Morcín, Ribera de Arriba et Riosa.

Voir localisation de la région