Envoyer Imprimer
La Montagne centrale ou l'Olympe des dieux
Km 0
Km 0
La Montagne centrale ou l'Olympe des dieux (Le Centre des Asturies)
38 kms
Voiture 5 jours
Tracé du circuit
La Montagne centrale est un Pays à la nature colossale. Ses sommets mythiques sont aujourd'hui gravés dans l'histoire du cyclisme.
Sommaire La Montagne centrale ou l'Olympe des dieux

La Montagne centrale des Asturies est, par définition, un pays minier. Mais c'est aussi une région dont l'histoire est complexe et la nature colossale, avec des sommets cyclistes mythiques, comme le célèbre Angliru.

40,7 kms
Jour 1 Bueño - Riosa - El Angliru

Jour 1: Bueño est un village de Ribera de Arriba où le temps semble avoir suspendu son vol. Situé à 15 minutes à peine du centre-ville d'Oviedo (vers le Sud par la A-66 et la N-630). Ses 50 'hórreos' et 'paneras' (greniers à grain sur pilotis) font l'objet d'un circuit : ils sont reliés entre eux par un sentier balisé étayé de textes et de dessins. certains remontent au XVIe siècle. Partant de Bueño, la N-630 nous mène à Morcín, dont la cuisine est renommée pour ses plats singuliers aux navets et son fromage d'Afuega`l pitu. Le village de Foz est situé au pied du Monsacro, une montagne à laquelle l'on accède par de multiples chemins et qui cache en son sommet deux chapelles de grande valeur architecturale, accessibles exclusivement à pied. La AS-231, mène à Riosa et à l'Angliru. La montagne s'élève jusqu'à 1.570 m d'altitude. Certaines de ses sections ont un dénivelé de 23%, comme la Cueña les Cabres. En 1999, ce sommet mythique est inscrit pour la première fois parmi les étapes de la Vuelta cycliste espagnole.

24,9 kms
Jour 2 Mieres - Alto de la Colladiella

Jour 2: À Mieres, deuxième étape du voyage, vers le Sud, le patrimoine industriel et les bâtiments modernes assaillent le visiteur à chaque détour. Le marché par exemple, qui date de 1907 . le Groupe Scolaire Aniceto Sela, un mélange de styles moderniste et art déco . la Maison Duró, du XVIIe siècle . ou l'Université d'Oviedo dont l'un des bâtiments, très moderne, est fondé sur l'ancien puits Barredo. La place Requejo est un autre lieu plein de charme, idéal pour prendre une bouteille de cidre. La rivière Caudal s'écoule sur un côté de la ville. La promenade fluviale aménagée sur ses rives est le fruit de la restauration très pertinente d'une zone anciennement dégradée. Dans les alentours de Mieres, il est d'autres sites intéressants. La vallée de Cuna y Cenera doit à tout prix être visitée, avec sa chapelle des Saints Côme et Damien, martyrs de Valdecuna, et un paysage de toute beauté desservi par la As-242 et la MI-2. Une autre option pour les amateurs de deux-roues consiste à grimper, à vélo ou en voiture, jusqu'aux sommets favoris des cyclotouristes : l'Alto de La Colladiella, par exemple.

40,7 kms
Jour 3 Lena - Puerto de Pajares

Jour 3: Le voyage continue vers le sud par la AS 242 en direction de Lena. À Villallana, l'église du XIIe siècle de San Martino construite sur des vestiges préromans, justifie la première halte. Une fois à Pola de Lena, nous pouvons visiter la maison natale du médecin, dramaturge et poète Vital Aza . l'Hôtel de ville, ou le quartier de La Caleya, l'un des plus anciens de la ville. La AS-242 nous mène à La Cobertoria, qui abrite, dans l'ancienne gare de chemin de fer, un petit Centre didactique sur l'art préroman, un apéritif parfait avant de découvrir, quelques kilomètres plus loin, l'imposante église de Santa Cristina de Lena, l'un des plus beaux exemples de l'art préroman. Après l'architecture, la nature. Au départ de Campomanes, deux options sont possibles : La première, la plus connue, est de monter le Col de Pajares jusqu'à la station de ski de Valgrande-Pajares. L'autre alternative est La Cubilla, un sommet baptisé le Galibier asturien par les cyclistes espagnols. Le paysage y est spectaculaire.

64,1 kms
Jour 4 Pajares - Cabañaquinta

Jour 4: Pour cette journée, nous proposons deux alternatives: La Vía Carisa d'une part, un axe de communication avec la Meseta de l'époque des Romains. Elle traverse la Cordillère et pénètre par El Cordal de Carraceo, une montagne qui sépare les communes de Lena et d'Aller, à plus de 1.500 mètres d'altitude. La Carisa est le paradis des randonneurs, des amateurs de vélo de montagne, et des amoureux de l'histoire, qui en apprécient les fouilles archéologiques. Il y a, au départ de Lena, plusieurs points d'accès. Nous conseillons toutefois de prendre un véhicule ad-hoc et un guide pour bien comprendre les fouilles. Le retour peut se faire par Lena de nouveau, ou par le côté opposé de la crête, vers Aller. Dans ce cas, nous suggérons de revenir à Lena et de profiter du voyage pour découvrir la ville minière restaurée, Bustiello. Nous emprunterons, pour ce faire, la A-66 en direction de Mieres, puis la AS-112. A quelques kilomètres de Bustiello, à Caborana, nous trouverons le Centre d'interprétation d'Aller, porte d'entrée à la commune. L'autre option est plus spécialement dédiée aux mythomanes du sport qui peuvent remplacer la 'route romaine' par la Route cycliste, haut-fait de la Vuelta cycliste espagnole, comparée par les spécialistes aux ascensions mythiques du Tour de France. Il s'agit de l'ascension au col de Coto Bello, une région minière de la commune d'Aller qui commence à Piñeres, entre Moreda et Cabañaquinta. Au sommet, la vue sur les montagnes environnantes est à couper le souffle. Citons le sommet de la Collaona, et, dans le lointain, le Picu Torres, au-dessus du col de San Isidro.

33,9 kms
Jour 5 Cabañaquinta - La Raya

Jour 5: Cabañaquinta et ses environs, avec - entre autres centres d'intérêt - l'église romane de San Vicente de Serrapio, et les chapelles de Vierres et de Nuestra Señora de Miravalles, ou encore la Torre de Soto. Les dizaines de routes et chemins qui sillonnent les montagnes sont propices à la randonnée : les gorges de la Rivière Pino par exemple, ou la station de ski de Fuentes de Invierno. Une occasion aussi de goûter aux plats typiques revigorants que sont le 'panchón', fait à base de farine d'épeautre et d'eau, ou les 'fabes' (haricots blancs) au sanglier.