Envoyer Imprimer
La Tour de Santa María
Km 0
Km 0
La Tour de Santa María (L'Est des Asturies)
- kms
Ascension 4 h. 25 min.
Difficulté
Accès

Pan del Carmen está situado muy cerca del Pozo del Alemán, donde confluye una pista de tierra procedente de la encrucijada de Les Veleres (punto kilométrico 12 de la carretera CO-4 Covadonga-Los Lagos).

Tracé du circuit

Notre itinéraire commence au Pan del Carmen et arrive à proximité du refuge de Vegarredonda, par la vaste piste de terre qui monte dans les hêtres.

Sommaire La Tour de Santa María

Notre itinéraire commence au Pan del Carmen et arrive à proximité du refuge de Vegarredonda, par la vaste piste en terre qui monte à travers les hêtres. Le tracé se poursuit, de cabanes en prairies, vers la Collada Gamonal (1.450 m.) d'où nous découvrons l'horizon que dessinent les reliefs d'El Cornión. Au refuge de Vegarredonda (1.500 m), nous faisons des provisions d'eau.

Reprenons la route vers le Belvédère d'Ordiales, en empruntant, au Sud, le sentier de gauche qui passe à côté du vieux refuge et traverse les pâturages qui se succèdent entre Cuerri Benita et la Llampa Cimera. Nous tombons sur un nouvel embranchement, où une pierre indique, en jaune, que nous devons continuer la route vers la Mazada (2.040 m.). El Requexón, La Torrezuela et Enmedio, pointent au loin.

La route tourne vers l'Est, sous Las Cebolladas et au-dessus de la source 'Fuente Prieta' qui couronne la grand cavité de Jou Lluengu. C'est là que s'achève le chemin du Parc. Un sentier balisé de 'jitos' -petits tas de pierres utilisées par les alpinistes pour signaler le chemin- continue plus à l'Est, en direction de Vega Huerta. Nous, nous allons entreprendre une ascension inconfortable dans une zone caillouteuse, qui nous amènera à la crête de la Horcada de Santa María (2.360 m.).

Ce balcon privilégié offre une belle vue sur la concavité dite Hoya del Jou Santu, bordée d'aiguilles acérées. La Torre de Santa María se trouve dans notre Nord-est. C'est là que nous retrouvons la voie d'ascension normale qui commence quelques mètres en-dessous. Nous escaladons une saillie, puis grimpons régulièrement dans la crevasse de Peña Rubia que nous montons en diagonale jusqu'à la brèche du sommet. Nous descendons doucement vers la face Nord, où nous empruntons un couloir très marqué qui nous conduit au sommet (2.478 m.). En récompense de nos efforts, nous découvrons la très grande beauté du paysage le plus sauvage du Sud de l'Europe.

8 kms
Description Pan del Carmen - Torre de Santa María

Notre itinéraire commence au Pan del Carmen et arrive à proximité du refuge de Vegarredonda, par la vaste piste en terre qui monte dans les hêtres. Le tracé se poursuit, de cabanes en prairies, vers la Collada Gamonal (1.450 m.) d'où nous découvrons l'horizon que dessinent les reliefs d'El Cornión. Au refuge de Vegarredonda (1.500 m), nous faisons des provisions d'eau.

Reprenons la route vers le Belvédère d'Ordiales, en empruntant, au Sud, le sentier de gauche qui passe à côté du vieux refuge et traverse les pâturages qui se succèdent entre Cuerri Benita et la Llampa Cimera. Nous tombons sur un nouvel embranchement, où une pierre indique, en jaune, que nous devons continuer la route vers la Mazada (2.040 m.). El Requexón, La Torrezuela et Enmedio, pointent au loin.

La route tourne vers l'Est, sous Las Cebolladas et au-dessus de la source 'Fuente Prieta' qui couronne la grand cavité de Jou Lluengu. C'est là que s'achève le chemin du Parc. Un sentier balisé de 'jitos' -petits tas de pierres utilisées par les alpinistes pour signaler le chemin- continue plus à l'Est, en direction de Vega Huerta. Nous, nous allons entreprendre une ascension inconfortable dans une zone caillouteuse, qui nous amènera à la crête de la Horcada de Santa María (2.360 m.).

Ce balcon privilégié offre une belle vue sur la concavité dite Hoya del Jou Santu, bordée d'aiguilles acérées. La Torre de Santa María se trouve dans notre Nord-est. C'est là que nous retrouvons la voie d'ascension normale qui commence quelques mètres en-dessous. Nous escaladons une saillie, puis grimpons régulièrement dans la crevasse de Peña Rubia que nous montons en diagonale jusqu'à la brèche du sommet. Nous descendons doucement vers la face Nord, où nous empruntons un couloir très marqué qui nous conduit au sommet (2.478 m.). En récompense de nos efforts, nous découvrons la très grande beauté du paysage le plus sauvage du Sud de l'Europe.