Envoyer Imprimer
Laboral Ciudad de la Cultura
Gijón (Le Centre des Asturies)
Contact Adresse
Luis Moya Blanco, 261.33203 , Cabueñes
Téléphone
902 306 600 / 985 185 858
Email visitaslaboral@recrea.asturias.es Web
Suivez-nous sur les Réseaux
Próximos Eventos
VER MÁS EVENTOS
Remarques

Accesible y movilidad interior practicable.

Laboral Ciudad de la Cultura
Laboral Ciudad de la Cultura
Laboral Ciudad de la Cultura
  • 01/01 à 30/06 et 09/09 à 31/12
    Visite guidée
    Du Mercredi au Vendredi: 17:00 h.
    Samedi, Dimanche et jours fériés: 12:30 et 17:00 h.
    Montée au Belvédère de la Tour
    Du Mercredi au Vendredi: 18:00 h.
    Samedi, Dimanche et jours fériés: 11:30, 13:30, 16:00 et 18:00 h.
    Lundi et mardi pas de visite guidée ni de montée au Belvédère de la tour sauf 8 et 9 Février, 2 Mai, 5 et 6 Septembre, 31 Octobre, 1 Novembre, 5 et 6 Decembre.
    Pas de visite guidée le 24, 25 et 31 Décembre.

    À Pâques (De 24 à 27 Mars) et ponts nationaux, consulter les horaires complémentaires

    01/07 à 31/08
    Visite guidée
    Du lundi au vendredi: 12:30 et 18:30 h
    Samedi, Dimanche et jours fériés: 12:30, 17:30 et 19:00 h.
    Montée au Belvédère de la Tour
    Du Lundi au Vendredi: 11:30, 12:00, 13:30, 17:00 et 18:30 h.
    Samedi, Dimanche et jours fériés: 12:00, 13:30, 14:00, 17:00, 18:30 et 20:00 h.


    Visites guidées:
    Individuelle: 5,00 €
    Réduit: 3,50 €
    Montée au Belvédère de la Tour:
    Individuelle: 2,00 €
    Enfants (0 à 12 ans): Gratuit

Laboral Ciudad de la Cultura est l'un des plus grands bâtiments civils d'Espagne

Laboral Ciudad de la Cultura est située sur un petit promontoire de la vallée de Cabueñes. Tenant compte du relief naturel de la zone et de la direction des vents, l'architecte a choisi d'orienter le bâtiment dans un sens qui semble contraire à la logique lorsque l'on prend Gijón comme point de départ. La façade principale reçoit une porte en arc surmontée d'une tour, qui évoque les arcs de triomphe romains. L'arc en plein cintre est présidé par un blason portant l'aigle, le joug et les flèches soutenus par deux anges, en allusion aux armoiries que l'on trouve sur les façades des maisons et des palais Renaissance. Les dimensions de l'arche d'entrée sont supérieures à celles de l'arc inférieur qui relie l'atrium et la place. Cela met indéniablement en valeur l'entrée et provoque un effet visuel impressionnant. La différence de hauteur des arches altère notre perception de l'espace, de sorte que la longueur de l'atrium semble plus importante qu'elle ne l'est réellement.

Immédiatement après la porte-tour, nous pénétrons dans l'Atrium corinthien. Il s'agit d'une cour rectangulaire entourée de colonnes de granit de dix mètres et demi de hauteur. L'agencement de cette cour crée un vif contraste entre la masse imposante des colonnes et la petite ouverture qu'elles laissent en leur centre, ouverte sur le ciel. Notons que la cour d'entrée est conçue comme un 'atrium corinthien', tel que le décrivait l'architecte romain Vitruve au premier siècle avant JC et tel que le projetait l'architecte de la Renaissance Palladio au XVIe siècle, pour le couvent de la Charité de Venise. Signalons que les dix colonnes de l'atrium corinthien, tout comme la centaine de colonnes réparties dans le bâtiment, ne supportent pratiquement aucun poids. Leur fonction est essentiellement décorative.

Encadrée dans une architecture de style herrerien, la vaste cour centrale de Laboral Ciudad de la Cultura a une surface de 150 mètres de long et 50 mètres de large et peut accueillir de véritables foules. Elle sert d'espace de détente au personnel des différents bâtiments et services qui y sont installés, et permet d'organiser de grands rassemblements. Comme dans les vieilles places espagnoles, les bâtiments les plus représentatifs de l'ensemble sont regroupés autour du patio central: tour, église, théâtre, direction et salles de classe. C'est, par conséquent, un lieu de passage permanent, véritable cœur du bâtiment organisé à la manière d'une petite ville autonome, dont chaque élément forme un tout harmonieux.

La tour, par sa taille et sa visibilité est devenue le symbole le plus important de Laboral Ciudad de la Cultura. Dans les projets originaux, elle avait la forme d'un clocher d'église, bien qu'elle en fût séparée. Par la suite, les éléments supérieurs sont stylisés. Ils gagnent en hauteur et donc en indépendance par rapport à l'église. La tour compte cinq éléments carrés superposés, surmontés à leur tour de deux autres constructions à base circulaire. Elle est couronnée d'un épi de 17 mètres et sa hauteur totale est de 117,60 mètres au-dessus du niveau de la cour.

L'église est, sans doute, le monument architectural le plus spectaculaire de l'ensemble architectural. Différents styles, des éléments et des solutions audacieuses se conjuguent dans cet ensemble pour donner lieu à un tout compact et harmonieux. Sept grandes niches ornent la façade, et une galerie en forme d'amphithéâtre repose sur les voûtes et parcourt le pourtour de l'église. L'entrée a été aménagée dans la niche centrale. Au-dessus du linteau de la porte, une sculpture de la Vierge de Covadonga. L'intérieur des niches est orné de doubles colonnes flottantes situées sur les côtés et surmontées d'une architrave baroque en arc qui se referme sur les jalousies.

Le plan de l'église est elliptique, avec des axes de 40,8 mètres sur 25,2 mètres et une surface de 807 mètres carrés. Ses dimensions importantes sont adaptées à la vocation du bâtiment: accueillir quelques milliers d'élèves et leurs professeurs L'église a, comme les modèles qui l'ont inspirée (premières basiliques chrétiennes latines construites à Rome) un autel sous baldaquin, un presbytère, un arc de triomphe, des chaires, un chœur, une vaste nef et des galeries supérieures. La transformation en ellipse des nefs rectangulaires du modèle primitif est motivée par le besoin de disposer d'un espace assez vaste qui ait de bonnes conditions sonores et visuelles, et qui garde la disposition unitaire et symbolique des espaces.

Avec l'église, le théâtre est l'élément architectural le plus intéressant et le plus original de l'ensemble. La façade est résolue selon des modèles hellénistiques et est composée de deux parties: le corps supérieur constitué d'une colonnade corinthienne et, le corps intérieur en colonnes toscanes. Ses mesures - hauteur et largeur - sont environ les mêmes que celles du Parthénon d'Athènes et la Porte du Marché de Milet et la Bibliothèque d'Ephèse ont servi de modèle pour sa réalisation (même si certains éléments s'en écartent: les jalousies du corps supérieur par exemple, ou les portes d'accès au balcon présidentiel).

Un immense blason aux armes de l'Espagne, œuvre de Manuel Laviada, couronne du haut de ses 5 mètres sur 7,80 de large le fronton central du théâtre. Il est composé comme les acrotères centraux de temple, que nous connaissons à travers certaines pièces de numismatique ou picturales. Il présente un aigle impérial tenant dans ses serres un blason qui recouvre toute sa poitrine. En-dessous, deux troncs stylisés reçoivent le joug à droite, et les cinq flèches à gauche. L'ensemble repose sur une grande coquille flanquée de deux socles portant des vases et servant d'appui aux branches palmiformes.

Nous trouvons à divers endroit de la Laboral, quelques zones isolées qui, par leurs particularités stylistiques, s'écartent plus ou moins de la nature globale de l'ensemble. Ces différences sont parfois dues à la contribution d'autres architectes; elles sont dans d'autres cas le fruit d'expérimentations formelles. La Cour baroque illustre très clairement ce phénomène. Le plan ovale de ce petit caprice architectural, et la répartition des éléments ou encore la couronne elliptique qui parachève l'auvent, nous rappellent le baroque italien et surtout Borromini.

icono
Laboral Ciudad de la Cultura
GPS:43.524095,-5.613511