Envoyer Imprimer
Fête del Carmín
Siero (Centre des Asturies) (Pola de Siero)
Type
Fête d'Intérêt Touristique
Jours
Premier lundi après le 16 Juillet
Fiesta del Carmín en Pola de Siero: la romería de Asturias
Parler du Carmín, c'est parler de quelque chose de très connu et de traditionnel ; tout a été dit ou écrit au moins une fois par un chercheur, mais il y a toujours quelque chose de nouveau à aborder.  Cette fête est apparue en 1695, année à laquelle Andrés Quintanal et sa femme María García, habitants de Pola de Siero et dévots de la Vierge del Carmen, financèrent la construction à Les Campes d'un ermitage en l'honneur de la Vierge, ce qui entraîna la création d'une confrérie sous l'invocation du Carmelo. Les chroniques racontent que cela leur coûta 12 000 réaux et que sa bénédiction eut lieu le 17 juillet de la même année, c'est-à-dire le lendemain de la fête de la patronne et, de ce fait, il fut proposé de célébrer la fête en 1696. Cet ermitage se trouvait entre les châtaigniers qui peuplaient l'actuelle Plaza de Les Campes et à côté du chemin emprunté par les pèlerins qui se dirigeaient vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Les confrères qui venaient en masse de toute la province, rendaient hommage à leur patronne le dimanche suivant le 16 juillet, si cette date ne tombait pas un dimanche, en organisant une procession lors de laquelle était notamment exécutée jusqu'à la première décennie de ce siècle la danse de « los Danzantes » et pendant laquelle de nombreux « Ramos » étaient exhibés, une tradition qui perdura jusqu'en 1879 pour ensuite disparaître. La présence des confrères était si importante ce dimanche qu'il fallut organiser une deuxième fête le mardi, jour du marché de Pola de Siero, afin que les dévots de la commune puissent honorer leur patronne. Ces derniers, qui se levaient généralement tôt pour aller au marché hebdomadaire, se rendaient en ville avec de la nourriture, qui consistaient essentiellement en une empanada (petit chausson) farcie à l'anguille et d'autres plats maison, qu'ils dégustaient directement dans la châtaigneraie une fois les actes religieux terminés et après les chants et danses. Il va sans dire qu'une fois le ventre plein, ils continuaient à chanter et à danser pour terminer à la tombée de la nuit avec la Danza Prima dont le refrain « ¡Viva la Virgen del Carmen ! »  (Vive la Vierge del Carmen!) glorifiait la patronne. Le boom qu'a connu au fil du temps ce pèlerinage du mardi au lieu du dimanche jusqu'au point de le considérer comme étant l'embryon et l'origine de l'actuel Carmín est tout simplement dû au fait que,  dans ce binôme originel des fêtes, le composant profane qui agit comme élément moteur des changements de mentalités collectives a progressivement absorbé le deuxième composant, celui religieux, jusqu'à l'annuler en le reléguant exclusivement à la fête du dimanche, avec une messe solennelle et une procession en l'honneur de Notre-Dame del  Carmen. Quoique ces dates de son origine soient déjà lointaines et remontent au XVIIe siècle, le pèlerinage de El Carmín est toujours, en somme, identique à celui du mardi, avec les modifications logiques imposées par le temps. L'une de ces modifications est la date de célébration qui est passée du mardi au lundi suivant le 16 juillet, fête de la Vierge del Carmen. Ce changement s'explique principalement par la destruction de l'ermitage de la patronne lors de l'invasion française qui fut attestée en 1815 dans un des livres de comptabilité de l'église signé par M. Diego Fernández Linares, curé de la paroisse de Pola de Siero. Il est aussi connu, sur la base des documents existants, que la cloche de l'ermitage fut remise pour en fondre une nouvelle pour l'église paroissiale car la sienne était fendue.

Ce résumé historique montre la grande tradition d'une fête considérée comme l'un des plus grands pèlerinages des Asturies et qui anime à fond l'été asturien, aussi bien le jour même de la fête que les jours précédents, avec différentes activités ludiques et culturelles.  Cette année, la grande célébration aura lieu les 17 et 18 juillet.
Voir localisation et comment arriver
icono
• Fête del Carmín à Pola de Siero : le pèlerinage des Asturies
GPS:43.390895, -5.662186